Aller au contenu principal
Archives

La transition géocentrisme-héliocentrisme, par Bernard Maitte

L'Esprit d'Archimède   Conférence

Association l’Esprit d’Archimède

Cycle : les transitions

Le passage d'un monde clos à un monde infini ne s'est pas effectué grâce à une « Révolution copernicienne », mais, au cours de quatre siècles, par des ajustements successifs puis des changements conceptuels soulevant divers types de difficultés. Nous décrirons la cohérence de la machinerie géocentrique avant d'évoquer les déplacements successifs et les pas de côté permis au Moyen Âge par la vision pythagoricienne du monde, le décentrement de la Terre par Tutsi, l'unification du monde par les peintres du Quattrocento, la discussion des mouvements par Buridan, leur relativité par Nicole Oresme, l'introduction d'un monde infini par Nicolas de Cues. À la Renaissance, les réformes protestantes et catholique réaffirment le primat du dogme et le géocentrisme.
C'est alors, qu'imprégné par Quattrocento et vision pythagoricienne du monde, Nicolas Copernic propose un système qui ne rompt pas définitivement avec l'ancien et pose plus de problèmes qu'elle n'en résout. Les places relatives du Soleil et de la Terre, la finitude ou non du monde sont ensuite discutées dans un climat de luttes contre églises et traditions, où s'illustrent, chacun à sa manière, Giordano Bruno, Kepler, Galilée, Descartes, Newton, avant que Laplace revisite, sécularise et impose la vision newtonienne du monde.
C'est cette aventure de la pensée plurielle amenant une transition fondamentale dans notre vision du monde que nous retracerons.

Bernard Maitte est professeur émérite à l'Université de Lille

Alain Vienne est professeur à l'Université de Lille, directeur de l’Observatoire de Lille

 

Gratuit sur réservation *

* Pour effectuer votre inscription, vous allez être redirigé vers un service extérieur à l’université (Eventbrite).
Inscription obligatoire
Places limitées