Aller au contenu principal
Archives

EXPOSITION "L'UTÉRUS, UN ORGANE D'HOMME ?"

Résidence Art-Science   Exposition

Du 11 au 29 mars

Du lundi au jeudi de 9h à 18h, le vendredi de 9h à 12h

Responsables du projet :
Avec Morgan Guyvarc’h, PRAG de langue et littérature françaises, Université de Franche-Comté
Aurélie Hess, IGE, Université Bretagne Sud
Caroline Husquin, MCF en histoire ancienne, Université de Lille
Véronique Mehl, MCF en histoire grecque, Université Bretagne Sud 
Laura Péaud, MCF en géographie, Université Grenoble-Alpes
Élodie Wysocki, artiste plasticienne, Université de Lille
Avec la collaboration des étudiants de Master Recherche Histoire de l’Université Bretagne-Sud et Mondes Anciens de l’Université de Lille

Le projet de recherche à l’origine de cette exposition est né d’une collaboration en 2018 entre chercheuses de deux unités de recherche de l’Université Bretagne Sud (UBS), HCTI et TEMOS en associant de nombreux chercheurs et chercheuses dont des membres de l’Université de Lille.
Plusieurs journées d’études et un colloque ont permis de publier l’ouvrage Utérus. De l’organe aux discours dirigé par M. Guyvarc’h et V. Mehl aux Presses universitaires de Rennes en 2022.

Les vieux débats que l’on croyait clos depuis les années 1970 sur la naturalité des corps et la place des femmes dans la société n’ont cessé de ressurgir avec force, obligeant les chercheuses et chercheurs à renouveler leurs objets.

Les textes légalisant ou restreignant l’avortement dans de nombreux pays (Pologne, Irlande, Argentine, États-Unis…), en France les débats en 2019 autour de la reconnaissance des actes de naissance des enfants nés à l’étranger, les discussions autour de la loi sur la PMA pour toutes les femmes en 2021, l’expression de réarmement démographique développée en 2023 ont remis et remettant sur la place publique l’utérus et son potentiel de procréation.

L’utérus est encore largement un organe d’homme, objet de discours, essentiellement masculins, visant à le protéger, le posséder, le pathologiser ou le sacraliser, toujours pour mieux le contrôler, glissant ainsi du biologique
et du médical vers la morale. Il se révèle un espace d’articulation du genre et des normes.

L’équipe de ce projet a souhaité préparer une exposition pour Musea, Musée virtuel sur l’histoire des femmes et du genre, qui a donné lieu à la réalisation de l’exposition virtuelle.

Cette présentation à l’Espace Culture décline l’exposition virtuelle en affiches et podcasts. 

Elle croise recherche, création et pédagogie en y associant étroitement une plasticienne, Élodie Wysocki, en résidence au sein de l’UMR HALMA et les étudiants des deux universités partenaires. La création et les oeuvres de l’artiste viennent enrichir le parcours de cette manifestation en livrant son regard et son ressenti autour de la thématique de recherche.

Les affiches et podcasts ont été réalisés dans le cadre de l’atelier « Valorisation de la recherche » du Master Recherche Histoire de l’UBS conduit par A. Hess et V. Mehl.

Les étudiants du Master Mondes Anciens de L’Université de Lille sont associés au projet dans le cadre des modules « Recherche appliquée », « Ouverture sur le monde de la recherche » et « Expérience professionnelle » en rédigeant des compte-rendu et supports de communication autour de l’exposition publiés dans le carnet Hypothèses Corps et vulnérabilités antiques édité dans le cadre des travaux menés par le Laboratoire de Prospective Vivre et mourir, s’affaiblir et guérir, le corps dans tous ses états : vulnérabilité, soins et souci de soi de l’UMR HALMA.

Les monologues de l'utérus, cycle de conférences en lien avec l’exposition « L’utérus, un organe d’homme ? » Espace culture, campus cité scientifique

Règles et domination dans la querelle des femmes (XVI-XVII°)
Lundi 11 mars à 16h30

Infos et réservation

Quelles maternités pour l’antiquité ?
Lundi 18 mars à 16h30

Infos et réservation

L’utérus, un organe d’homme ? Aux origines d’un projet collectif
Jeudi 28 mars à 17h15

Infos et réservation